Carnet de bord : Vivat la danse
Vivat la danse 21ème édition du 25 janvier au 3 février 2018

Mylène Benoit

Le grand quizz du Carnet de bord

Eblouissements

3 février par Ludwig Monnier
L’honnêteté m’oblige à dire que je n’ai vu aucune maladresse hier soir. Elle me fait également avouer que le rapport avec l’argument initial de la pièce m’importe peu. La Maladresse s’est emparée de moi. Elle m’a fait vivre une expérience au-delà de tous repères temporels ou spatiaux. Elle est venue faire vibrer en moi le point où je me sais éternel, sans début ni fin, participant d’un ensemble qui me dépasse et me contient. Un flot contenu. J’ai été grec, dans l’Antiquité, transporté dans un amphithéâtre (...) Lire la suite

‌Œil pour œil, sens pour sens

3 février par Alexis Costeux
C’est dans un temple que je rentre, une odeur de fumée fumante que j’entends, une harmonie des sens que je sens. Ils rentrent Elle regarde c’est l’assemblée que je voie. à travers ses yeux. D’une voie intérieure sagement expulsée D’un geste librement millimétré elle se meut. D’un mouvement supérieur adroitement raffiné, c’est d’un œil maladroit que j’appréhende l’espace. Mais je suis porté dans cette atmosphère. Dans cet espace vide qui devient sacré, où (...) Lire la suite

Invitation au Palais de la danse

3 février par Pascale Logié
S’il est une chorégraphe dont le réfléchi est le maître mot, Mylène Benoit en est la parfaite incarnation. Son parcours de plasticienne et vidéaste numérique au Fresnoy s’exprime au travers de pièces sophistiquées à l’esthétique sensorielle raffinée. Dans ce dernier opus, suite à l’Aveuglement, elle nous convie à partager en compagnie de Célia Gondol ( fidèle partenaire de la Compagnie Contour Progressif ) un voyage au cœur de la maladresse. Une invitation à la célébration d’un rituel dans le pavillon du (...) Lire la suite

A propos de La Maladresse - avec Mylène Benoit

Interview Mylène Benoit

La Maladresse

3 février par Marie Pons
On entre et on s’assoit en tailleur sur le sol, une légère odeur d’encens flotte dans l’air. Au loin, un petit dieu garde la forêt de câbles qui court entre les deux musiciens-chamanes du groupe Cercueil / Puce Moment. Célia Gondol s’avance et délivre des notes retenues dans sa bouche puis lâchées dans l’air. Le chant perle comme des gouttes d’une eau fraîche et claire, il résonne dans cet espace ritualisé - étendue blanche, assises noires, large feuille d’or planant au-dessus de la salle. Depuis sa voix, (...) Lire la suite

Remix - La Maladresse - mots de spectateurs

3 février par Rocio Ortega